TROPICAL


Une visite guidée au sein du monde animal de Mondo Verde.

A Monde Verde, l’on a prêté beaucoup d’attention à la diversité des plantes et des animaux. Au cours des dernières années, d’innombrables espèces de plantes, d’arbustes et d’arbres ont été plantées dans le hall tropical.

Cela fait qu’un environnement naturel soit créé pour les différents animaux. Il y a ainsi différents calaos vivant dans des abris adaptés intégrés dans la maison tropicale. Il y a entre autres :

Le calao à joues grises (bycanistes subcylindricus), le calao à joues argent (ceratogymma brevis) et un des calaos les plus rares : le calao siffleur ( bycanistes fistulator sharpy).

La couvaison du calao est exceptionnelle.

Les calaos ont une couvaison exceptionnelle. Après la fécondation, la femelle rentre dans un creux d’arbre qu’elle ferme ensuite presqu’entièrement. A l’aide de boue, de lisier et de matériau végétal, elle maçonne tout le trou en gardant une petite fente. Le mâle nourrit ainsi la femelle qui couve les œufs. Après plus de 3 à 4 semaines, le jeune sort ; en général ils sont 3 ou 4. Le mâle a alors beaucoup à faire, il nourrit pendant des mois la femelle et le jeune. Ce n’est que lorsque le jeune à 7 ou 8 mois que la famille sort.

En continuant, vous rencontrez différents perroquets de toutes les couleurs imaginables. Ces perroquets restent sur les cimes, mais en regardant bien vous en voyez en vol.

Les perroquets sont caractérisés par un bec très crochu permettant de broyer des noix et des graines durs. Le bec inférieur peut bouger indépendamment du bec supérieur. Les perroquets ont un cou court et quatre orteils, deux vers l’avant et deux vers l’arrière. Ces oiseaux grimpent très bien. En grimpant, le bec est également utilisé.

Il y a aussi un groupe d’Ibis rouges (eudocimus ruber) avec des spatules rouges (platalea ajaja) et des flamands roses (phoenicopterus roseus).

Ces oiseaux sont connus pour leur alimentation spécifique. Les Ibis et les spatules mangent surtout des insectes, des mouches, des larves, des crustacés, des mollusques, des verres, des grenouilles et de petits poissons. En guise de complément à ce régime animal, ils veulent aussi parfois manger des plantes comme des algues, des morceaux de plantes aquatiques et d’autres plantes.

Et les flamands roses mangent surtout des végétaux. Dans les grands lacs à eau douce, ils filtrent surtout les algues (Spirulina spp.) avec de petites crevettes et d’autres invertébrés dans l’eau.

En les alimentant en capacité, l’on sert des granulés permettant aux flamands de filtrer toutes les composantes avec leur bec. Ceci leur garantit une alimentation complète.

Lors de votre découverte de nos tropiques, vous rencontrerez aussi le caïman à lunettes (caiman crocodilus). Ils sont nés environ en 2009/2010 et ne sont donc pas encore adultes.

La reproduction du caïman à lunettes.

Après 4 ou 7 ans, ils sont normalement adultes, en fonction de la population. Les 14 à 40 œufs (en général environ 22) sont déposés dans un nid et couverts de matériau végétal. Ils éclosent après trois mois. Les femelles répartissent parfois les nids afin de les surveiller de manière plus efficace. On sait aussi que les femelles surveillent les petits des autres. Les œufs éclosent lors de la saison humide assurant assez de nourriture aux petits.

Plus loin dans les tropiques, vous verrez l’ouistiti à toupets blancs (callithrix jacchus) qui ne s’est pas échappé mais qui vit en liberté dans la serre tropicale.

L’ouistiti à toupets blancs sont des animaux diurnes appartenant à la famille des Callitrichinae. Ils vivent dans les arbres et dans le sous-bois. La nuit, ils dorment dans les creux des arbres ou sur des branches fourchées. Avec des mouvements rapides et agiles, ils se déplacent rapidement entre les branches comme un écureuil. Ils mangent surtout de petits fruits sucrés, des fleurs, du nectar, des jus de plante comme la gomme et la sève de l’hévéa brésilien et des bourgeons et une alimentation animale comme des insectes, (surtout des sauterelles, des coléoptères et des phasmes) des araignées et des limaces. Les ouistitis propagent beaucoup de graines. L’exploitation forestière est la plus grande menace de ces animaux. Surtout les espèces dans la forêt tropicale atlantique, comprenant les singes-lions et les espèces avec un habitat restreint sont menacées. Nos ouistitis à toupets blancs ne se font en revanche pas de soucis.

Si vous continuez, vous verrez nos animaux nés dans la chambre à bébés. Nous aidons les jeunes à vivre de manière autonome de sorte qu’ils puissent ensuite retourner au parc ou autre part comme les zoos et les éleveurs. Tout ceci pour préserver les espèces.

Faites bien sûr attention car beaucoup d’autres animaux vivent dans notre serre tropicale comme les ouistitis à gueule blanche, les iguanes, les tortues (terrestres et d’eau), les loris, les toucans géants, les koïs, les avocettes, etc.