PARC TROPICAL


Le paradis tropical de Mondo Verde

A Mondo Verde, l’on a prêté beaucoup d’attention à la diversité des plantes et animaux. Au cours des dernières années, de nombreuses espèces de plantes, arbustes et arbres ont été plantées dans le hall tropical. Elles sont décrites plus loin dans la "Sélection de flore exceptionnelle dans notre paradis tropical pour oiseaux". L’on voit naturellement bon nombre d’oiseaux comme des toucans, des calaos et des touracos. Il y aussi des reptiles et des amphibiens comme les tortues terrestres et d’eau.

Bon nombre d’espèces d’animaux et de plantes vivent au sein de la forêt tropical. La forêt tropicale est même l’écosystème le plus riche et le plus ancien au monde en matière d’espèces. Certaines forêts asiatiques ont plus de 100 millions d’années et remontent donc à l’époque des dinosaures. La végétation dense et les nuages presque quasiment constants font que la température ne soit pas si extrême comme par exemple dans le désert : les arbres et les nuages retiennent en journée les rayons du soleil et maintiennent la chaleur du jour au cours de la nuit. La végétation opaque sert aussi de protection de sorte que les petites proies puissent aussi bien se cacher des prédateurs plus grands. Ce comportement naturel est génétiquement programmé et peut même être étudié dans le Hall tropical fidèlement reproduit.

La forêt tropicale influence en grande partie le climat, même dans les régions tempérées. Sans la présence des forêts tropicales, la Terre serait plus sèche. Les grandes quantités d’eau pluviale s’évaporent rapidement à cause du climat chaud et retombent ensuite sur la forêt tropical. Parfois ce cycle se répète jusqu’à 5 à 7 fois par jour. La forêt fait aussi pleuvoir. En Amazonie par exemple, la moitié de la pluie qui tombe est produite par les arbres dans la forêt tropicale. Dans le hall tropical de Mondo Verde aussi la douche pluviale est activée régulièrement pour imiter une situation naturelle.

Les forêts tropicales avec leur diversité sont menacées par l’abattage et d’autres activités humaines. Il est donc très important d’en prendre soin. Les champs aménagés au niveau des sols des forêts tropicales sont épuisés après quelques années sans une bonne gestion (nutritionnelle). Ce qui fait qu’on abat d’autres arbres à un autre endroit pour créer des champs. De cette façon, on perdra de plus en plus de terrains précieux.

La plupart des sols tropicaux sont vulnérables, sensibles à l’érosion et ont une capacité porteuse limitée. Contrairement aux forêts dans les zones tempérées, la couche supérieure fertile dans la forêt tropicale est très fine. Les insectes, bactéries et les moisissures transforment en effet très vite tous les déchets organiques en nutriments absorbés directement par les arbres et les plantes. A cause de ce recyclage efficace dans la forêt tropicale, la plupart des nutriments ne se trouvent pas dans le sol, mais dans la végétation et le feutre végétal. En enlevant la végétation, la couche d’humus fine est rapidement évacuée en ne laissant que des sols dégradés et peu fertiles.

Sélection de flore exceptionnelle dans notre paradis tropical pour oiseaux

Le Cycas revoluta vient à l’origine d’Asie tropicale, aujourd’hui on le retrouve dans le monde entier là où il ne gèle pas. A Mondo Verde, on voit la plante mâle et femelle. L’exemplaire féminin unique se caractérise ici par sa floraison exceptionnelle. Les feuilles restent majestueusement debout. C’est un beau spectacle qui extasie bon nombre de photographes. Les organes de reproduction des plantes mâles sont constitués d’un long cône épais dans le cœur des feuilles, au milieu du tronc. Un seul cône masculin peut produire des millions de granulés de pollen. La pollinisation se fait grâce au vent. Les plantes femelles sont les cônes par pousse au sommet du tronc, en alternance avec des feuilles normales. Au niveau des cônes femelles, les écailles du cône ont une forme de feuille, sont marrons et dans la partie inférieure cinq à six graines peuvent se développer avec un arille orange. Le biotope du Cycas revoluta est subtropical, ici la plante n’a pas très froid, ce qui fait qu’elle ne supporte pas les températures très basses.

Le Ficus benjamina est un arbuste de la famille de Moraceae. La plante possède des rameaux brillants et en suspension, des feuilles longues et ovales d’une longueur de 6-13 cm avec une pointe conique. Dans des conditions tropicales, le ficus benjamina forme un tronc très grand et majestueux, mais il peut aussi être planté dans des parcs et d’autres environnements urbains comme le long de routes larges. On le cultive souvent dans ce contexte. A l’état sauvage, l’arbre peut atteindre 30 m de hauteur. A Mondo Verde, il y a une version super bonsaï exceptionnelle de 2,5 à 3 m de hauteur. C’est aussi une plante d’intérieur populaire dans les climats tempérés, suite à sa croissance élégante et sa tolérance aux conditions de floraison difficiles. La plante préfère les conditions ensoleillées, mais aime aussi l’ombre.

Le palmier marcheur tire son nom de sa caractéristique de n’avoir que des racines nues poussant du tronc vers le bas. Comme les racines poussent en direction de l’eau et de la lumière, cet arbre peut « marcher » quelques centimètres par an. Le liquide au pied de l’arbre peut être retiré de manière simple, dans les creux se créant au pied l’eau s’accumule. On peut donc ainsi la boire. Les tribus indigènes d’autrefois ont beaucoup fait appel à cette source naturelle. Les marcheurs sans eau dans les tropiques se mettent aussi à la recherche de cette arbre pour survivre.