JAPONAIS ET CHINOIS


En passant par l’Italie, vous vous dirigez vers le Japon et la Chine
Les constructions légères que vous voyez caractérisent vraiment le style de construction japonais original. Ceci prévaut aussi pour le jardin japonais construit à Mondo Verde. Ces maisons de thé jouent un grand rôle dans la culture japonaise, parce que les traditionnelles cérémonies de thé y étaient organisées.

Le niveau de vie amélioré fait donc que de plus en plus de gens achètent des animaux domestiques qui à l’origine viennent d’autre part. A savoir certaines espèces d’oiseaux sont très populaires, parce qu’il est assez facile de les héberger et en plus leur coloris et chants viennent gaiement agrémenter la vie au quotidien.

Des perroquets au Japon
Bien qu’il ne semble peut-être pas logique que cela se fasse en Europe, l’on élève depuis des décennies différentes espèces de perroquets destinés en grande partie à l’exportation vers l’Asie. Ceci a trait à la grande connaissance acquise en Europe en ce qui concerne l’élevage d’espèces d’animaux indigènes et exogènes. Cela s’applique aussi aux perroquets. L’avantage de cet élevage contrôlé est que moins d’oiseaux sauvages doivent être capturés dans leur habitat protégeant ainsi la population naturelle. Ce commerce spécifique vers le Japon est symbolisé par la grande résidence de perroquets à Mondo Verde, où diverses espèces sont toutes hébergées.

Grues cendrées japonaises
Au Japon, la grue cendrée est considérée comme portant chance, c’est le symbole d’une longue vie et elle est représentée avec d’autres symboles de longue vie comme la tortue, le bambou et le pin. Dans le Japon féodal, la grue cendrée était protégée par le pouvoir en place et nourrie par les paysans. A la fin du système féodal lors de l’ère Meiji au 19ième siècle, on a aussi arrêté de protéger les grues cendrées, ce qui fait qu’elles ont presque disparu. Le Japon a baptisé une de ses îles Tsuru (grue cendrée). Lorsque quelqu’un, selon la tradition, plie 1000 grues cendrées en origami, son souhait de santé se réalisera. Depuis la mort de Sadako Sasaki, victime de la bombe atomique à Hiroshima, ceci vaut aussi pour obtenir la paix.

La grue à cou noir
La grue à cou noir couve ses œufs dans le massif tibétain et à Ladakh, une région dans le nord de l’Inde. L’espèce passe l’hiver dans quelques endroits en Chine, au Bhutan, et à Arunacchal Pradesh en Inde. La population totale est estimée à 8.800 adultes.

Reproduction à l’état sauvage
Comme toutes les espèces au sein de sa famille, la grue à cou noir a une parade nuptiale très exhaustive. Les nids sont réalisés sur une île de boue dans une eau peu profonde. Ils sont parfois constitués d’herbe, de roseau et de mauvaises herbes, mais d’autres fois les œufs sont directement posés au sol. Chaque couvaison comprend un ou deux œufs qui sont couvés par les deux parents pendant 30 à 33 jours. Environ après 90 jours, lorsque le petit arrive déjà à voler, la famille reste encore longtemps ensemble pour chercher de la nourriture.

Le groupe d’élevage de grues à cou noir chez Mondo Verde;
Ce groupe de grues à cou noir est né dans différents parcs animaliers / chez des éleveurs. Les grues à cou noir sont des oiseaux assez agressifs et l’on voit pendant et avant la saison de couvaison que l’agressivité entre le mâle et la femelle augmente. Autrefois, l’on a traité de manière très précautionneuse les oiseaux élevés, c’est-à-dire chaque oiseau a été élevé à la main, mais ces oiseaux n’ont ensuite pas été remis en groupes, ce qui fait que leur socialisation s’est moins bien déroulée. Ce qui fait que ces magnifiques oiseaux ne pouvaient plus rester ensemble dans un abri. Ce groupe d’élevage reste à présent séparé et les femelles sont inséminées artificiellement.

Le jeune élevé est placé en groupes de sorte que la socialisation et la constitution de nouveaux couples se déroulent de manière naturelle.